Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Auteur:Joel Simond

Incendies de Villargerel

Note libre du rédacteur : Si ce n'était pas si grave j'aurais pu titré "Encore une histoire à la noix"

Le 31 mars 1867 à 22 heures , la population de Villargerel est réveillé par le tocsin.

Le feu s'est déclaré dans la maison des frères Digard à feu Jérome.

Ils se couchaient dans l'écurie lorsque les cris d'une voisine leur apprirent que la partie supérieur de leur batiment était en flammes.

L'incendie se propage alors de proche en proche, et à l'arrivée des secours 25 bâtiments étaient en feu.

Les sapeurs pompiers de le Bois et Grand-cœur avec leurs pompes et ceux d'Aigueblanche avec leurs paniers à eau, ont sauvé le reste du village.

Seul quelques papiers,quelques denrées et les bestiaux ont pu être sauvé tant la rapidité de l'incendie a surpris tous le monde.

L'un des incendiés, Dunant Marie -André a fait une chute grave dont il est décédé 3 jours plus tard.

Victime de leur dévouement/

Brun Jean Martin, le garde champêtre du village, a fait une chute de 9 metres est c'est blessé à un pied.

Duvallon Pierre, egalement garde champétre de st Oyen est tombé d'une échelle et s'est brisé une épaule.

la perte totale est de prés de 100 000 francs, ce qui est énorme pour un petit village d'agriculteurs.

Le sous prefet de l'arrondissement qui s'est rendu sur les lieux le lendemain, a lancé un appel à la charité publique .

Il a également organisé une comission chargée de la répartition des secours entre les plus nécessiteux.

Alors pourquoi une histoire à la noix ?

Le feu a pris à cause de coquilles de noix, imprudent stockées trop près du feu qui se sont enflamées et ont communiqué l'incendie au tas de bois voisin.

A suivre..............

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article