Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Joël Simond

Aigueblanche en 1892

Aigueblanche en 1892

La grande rue traverse Aigueblanche de part en part.

Aux environs des années 1750, Charles Emmanuel III, roi de Sardaigne, entreprend de creer des routes carrossables .

En effet, pour se rendre du col du petit St Bernard à Conflan , on emprunte de mauvais chemins, à dos de mules, chaises à porteur pour les riches ou à pieds pour les autres. Dans le bassin d’Aigueblanche, ces chemins passent alors par la rive gauche de l'Isère, sur le tracé de l'ancienne voie romaine et sont fréquemment détruit par les crues du Morel. En 1732 la route est coupée durant plusieurs mois.

Jusqu’au début du XVIII siècle la rue principale d'Aigueblanche est la rue Richard Curt.

Le roi confia à l'ingénieur Castelli, l'étude d'une route sur la rive droite de l'isére.

Les travaux commencent en 1754.

Après la traversée de Grand-Cœur, l'Isère est endiguée le long de la longue ligne droite du Plan du Truy.

Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapellePetite histoire de la grande rue et de la montée de la chapellePetite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapellePetite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapellePetite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle

La route dévie Aigueblanche par la Gauche.

L’ouvrage le plus difficile reste a venir: réaliser une rampe artificielle pour remonter et traverser les gorges de Ponserand.

Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapellePetite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle
Petite histoire de la grande rue et de la montée de la chapelle

La réalisation de cette rampe pose bien des problèmes à Mr Beyrout, entrepreneur chargé des travaux.

Faute de moyen pour la terminer, il la remblaye avec des facimes de sarments de vignes. L’édifice s'écroule et Mr Beyrout se suicide.

Autre difficulté rencontrée, la roche du Siboulet doit être entaillée pour redescendre à Moutiers.

La route arrive à Moutiers en 1760.

La Vie d'Aigueblanche se réorganise autour de cette rue :

De nombreux commerces et maisons de chaque coté, comme le relais de poste ,alors nommé relais du soleil qui deviendra l'hôtel Perret en 1837.

Il y a dans cette rue jusqu'à 8 cafés, 4 alimentations,3 boulangeries, 2 boucheries, 5 magasins de vêtements, habillement ,mercerie et également banque, bureau divers , 2 menuiseries, maréchal ferrant, cloutier galochier, assureurs, médecins ,pharmacie ect ….

En 1792 lors de l'anexetion de la Savoie à la France elle devient route impériale.

un souvenir de cette époque subsiste

un souvenir de cette époque subsiste

Aprés la revolution elle devient la route nationale 90 .

Elle a supporté la totalité du trafic des stations de Tarentaise, occasionnant de nombreux bouchons.

Complètement saturée, elle a été déclassée en route départementale,990 lors de la mise en service de la voie expresse et du tunnel de Ponserand en décembre 1990, pour le plus grand soulagement des habitants d'Aigueblanche.

voir aussi :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article